Ajouter à mes favorisAjouter l\

Cimetière des Batignolles

Photo de l'équipement Cimetière des Batignolles

Photo: Jean-Pierre Viguié / Mairie de paris

voir le diaporama

SERVICES

  • Toilettes publiques
    1
  • Points d'eau
    14
  • Chiens non admis
    1

Accès

8, rue Saint-Just 75017 Paris
Tél. : 01 53 06 38 68
  • handicap Espace vert accessible aux personnes à mobilité réduite, mais dont certaines zones restent difficiles d'accès
Métro
    M° Porte de Clichy, ligne 13
Velib'
  • Station N° 17014, 12 avenue de la porte de clichy
  • Station N° 17114, 15 avenue de la porte de clichy
  • Station N° 17106, 4 boulevard berthier

Horaires

Derniers visiteurs admis au plus tard un quart d'heure avant la fermeture.

Les jours fériés, les horaires du cimetière sont les mêmes que ceux du dimanche.

Les bureaux de la conservation du cimetière sont ouverts du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 14h à 17h.

fleche

Avec ses 15 000 sépultures, le cimetière des Batignolles est aussi un bel espace vert d'environ 11 hectares, ombragé par 812 arbres de 47 essences, essentiellement des marronniers, auxquels s'ajoutent une centaine d'érables et quelques frênes, sophoras et platanes.

Le cimetière des Batignolles dépend de la conservation du cimetière de Montmartre.

Pour contacter le service des cimetières au sujet de votre concession (par exemple pour un renouvellement) :
– Vous êtes le concessionnaire ou ayant droit de la sépulture : contactez directement la conservation du cimetière dans lequel se trouve votre concession au 01 53 06 38 68 ;
– Vous n'êtes ni concessionnaire, ni ayant droit de la sépulture : vous devez vous faire connaître au préalable auprès du bureau des concessions au 01 40 33 85 89 ou par courriel à l'adresse Deve-bureaudesconcessions@paris.fr.

Plans

- Plan des concessions (PDF)
Plan des sépultures des personnalités les plus demandées (PDF)
 

Personnalités

6e division

Joseph Péladan
1858-1918 - Dit le mage Péladan, auteur d'une « éthopée » : La Décadence latine, en 19 volumes.

7e division

Blaise Cendrars 1887-1961 - Bourlingueur, romancier de Moravagine et poète des Pâques à New York, il influença Apollinaire et les surréalistes.

9e division

Éric Losfeld mort en 1979 - Éditeur. Sa pierre tombale proclame : « tout ce qu'il éditait avait le souffle de la liberté ».

11e division

Paul Verlaine 1844-1896 - Le poète de La Bonne Chanson et de Parallèlement, a reposé pendant près d'un siècle dans la 20e division. A l'automne 1989, sa tombe empoussiérée sous le périphérique a été déplacée à la 11e division. Entièrement nettoyée, elle est désormais aisément localisable, en première ligne du rond-point central.

15e division

Gaston Calmette 1858-1914 - L'ancien directeur du Figaro qui s'en était pris à Joseph Caillaux, alors ministre des Finances, fut assassiné par Madame Caillaux. Sa haute sépulture touche presque le périphérique.

16e division

Léon Dierx 1838-1912 - Poète, ami de Leconte de Lisle, réunionnais comme lui, il est l'auteur des Lèvres closes, recueil qui traduit une sensibilité plus proche des Symbolistes que des Parnassiens dont il faisait partie.

17e division

Jean L'Herminier 1902-1953 - Officier de marine, qui parvint lors du sabotage de la flotte à Toulon, à rallier Alger en novembre 1942.

25e division

Féodor Chaliapine 1873-1938 - Créateur du rôle de Boris Godounov, un des plus grands interprètes lyriques de son temps. Précisons toutefois que sa dépouille a été ramenée à Moscou le 26 octobre 1984.

26e division

Édouard Vuillard 1868-1940 - Peintre de scènes intimistes, de scènes de rue, membre du groupe des Nabis.

31e division

André Breton (1896-1966). L'auteur du Manifeste du surréalisme et de Nadja est inhumé sous une sobre dalle de pierre, sur laquelle on peut lire : « Je cherche l'or du temps ».

Benjamin Péret (1899-1959). Son ardent compagnon surréaliste, auteur du Grand jeu, repose quelques tombes plus loin, sur la même ligne.


32e division

Claire Motte 1937-1986 - Danseuse étoile, aussi divine dans le répertoire classique que dans le répertoire moderne.


Ses sculptures

Au fil de la promenade, le visiteur découvrira quelques riches tombeaux et des sculptures intéressantes, comme :

– le groupe en marbre sur la tombe de la cantatrice Jane Margyl (5e div.), sculpté par François Sicard (1862-1934), auteur du Monument de la Révolution au Panthéon ;

– le buste en bronze du professeur de chant Lorenzo Pagans (6e div.), par Ferdinand Leenhoff (1841-1914) ;

– la statue de femme, signée Clotaire Champy (1887-1960), sur la tombe du peintre Louis Soulié (9e div.) ;

– et la pleureuse assise, en pierre, du statuaire Ernest-Aquilas Christophe (1827-1892), sur sa propre sépulture (13e div).