Mairie du 8e arrondissement

voir le diaporama

Accès

3 rue de Lisbonne 75008 PARIS
Site web : mairie8.paris.fr
Tél. : 01 44 90 75 08
  • handicap partiellement accessible aux personnes à mobilité réduite
  • handicap Accessible aux personnes déficientes visuelles
  • handicap Accessible aux personnes déficientes auditives
Métro
    M° Saint-Augustin, ligne 9
Velib'
  • Station N° 8027, 28 rue de madrid
  • Station N° 8018, 18 place henri bergson
  • Station N° 8026, 2 avenue messine

Horaires

Aujourd'hui
(Samedi)
  • 09h00 à 12h30
Demain
(Dimanche)
Lundi
  • 08h30 à 17h00
Samedi (uniquement déclarations naissance et décès)

Horaires

Horaires réguliers

Lundi de 08h30 à 17h00

Mardi de 08h30 à 17h00

Mercredi de 08h30 à 17h00

Jeudi de 08h30 à 19h30

Vendredi de 08h30 à 17h00

Samedi de 09h00 à 12h30

Dimanche Fermé


fleche

Un peu d'histoire...

Commande de l’industriel Jean-François Cail aux ateliers à qui on doit, entre autres, les ponts métalliques de la place de l’Europe et de la rue Caulaincourt, cet hôtel fut construit en 1865 par Albert Labouret sur des terrains achetés aux frères Perieire.

L’occupation en 1926 des locaux par la mairie du VIIIe arrondissement, auparavant sise à l’hôtel de Contades, rue d’Anjou, en a quelque peu altéré la physionomie d’origine : ainsi, la terrasse qui reliait autrefois les deux ailes encadrant la partie centrale de l’édifice a disparu et des bâtiments annexes à usage de bureaux, construits par l’architecte Jacques Hermant (1855-1930), occupent une grande partie du jardin.

L’intérieur a également été remanié, l’aménagement au premier étage de la salle des mariages ayant nécessité la réunion en une seule pièce des anciens boudoirs et salons, dont les boiseries et les peintures dues à Pierre Victor Galland (1822-1892) ont été heureusement conservées.

De l’ancien hôtel Cail, ont été également préservés la façade toute classique ouvrant sur le boulevard Malesherbes, dans la cour intérieure la fontaine le Génie de la mer par Pierre–Edouard Charrier (1820-1895) et le buste du maître de maison dominant une arcade pseudo-Renaissance. A l’intérieur enfin, partant du vestibule richement orné de médaillons et de marbres polychromes d’origine, on peut encore aujourd'hui admirer un bel escalier à rampe en bronze et acier décorée de branches de gui, des ailes et du caducée de Mercure, et marquée aux initiales du propriétaire, sortie tout droit, justement, des ateliers Cail.

 

photo