Des Buttes-Chaumont au parc de Bercy, découvrez ici les parcs parisiens...
Ajouter à mes favorisAjouter l\

Square Louise Michel

Photo de l'équipement Square Louise Michel

Photo: Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris

voir le diaporama

SERVICES

  • Manèges
    1
  • Points d'eau
    3
  • Aire de jeux
    1

Accès

6 place Saint Pierre 75018 PARIS
  • handicap Espace vert dont l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite est limitée à certaines zones.
Métro
    M° Anvers, ligne 2
Velib'
  • Station N° 18006, place saint pierre
  • Station N° 18005, 8 rue tardieu
  • Station N° 9005, 95 rue de dunkerque

Horaires

Aujourd'hui
(Mercredi)
  • 08h00 à 21h30
Demain
(Jeudi)
  • 08h00 à 21h30
Vendredi
  • 08h00 à 21h30

Horaires

Du 01 mai 2016 au 31 août 2016

Lundi de 08h00 à 21h30

Mardi de 08h00 à 21h30

Mercredi de 08h00 à 21h30

Jeudi de 08h00 à 21h30

Vendredi de 08h00 à 21h30

Samedi de 09h00 à 21h30

Dimanche de 09h00 à 21h30



Du 01 septembre 2016 au 30 septembre 2016

Lundi de 08h00 à 20h30

Mardi de 08h00 à 20h30

Mercredi de 08h00 à 20h30

Jeudi de 08h00 à 20h30

Vendredi de 08h00 à 20h30

Samedi de 09h00 à 20h30

Dimanche de 09h00 à 20h30


fleche

Se promener :


Une fontaine monumentale de Paul Gasq (1932), dédiée aux dieux marins, coiffe les dédales du jardin. Il dévale les pentes de la Butte-Montmartre, dévoilant à l’Est des allées romantiques où le promeneur fatigué peut faire une halte à l’ombre d’arbres remarquables : un marronnier d’Inde de 20m de haut et 3,30m de circonférence (1902), un ptérocarya du Caucase de 20m de haut et 3,60m de circonférence (1899), et le plus gros févier d’Amérique de l’arrondissement, avec ses 3m de circonférence (1914), mais aussi un araucaria, un figuier, un grenadier, un ginkgo biloba, un magnolia…

 

Attardez-vous dans le jardin devant les deux beaux spécimens d’orangers des Osages de 17m de haut (1922). Ce nom insolite est celui d’une tribu indienne du Missouri, qui avait l’habitude de se peindre le visage avec la teinture orange extraite de ses fruits et de son écorce. Par temps de pluie, on peut apercevoir dans les fissures de son tronc ces tons orangers qui sont particulièrement vifs au niveau des racines. Un spectacle étonnant !


Sa situation en hauteur et sa végétation foisonnante l’isolent parfaitement du tumulte des rues environnantes. La petite fontaine des Innocents, située dans la partie basse, à l’Ouest du jardin, sur laquelle est inscrite la devise de Rabelais "Mieux est de ris que de larmes escrire", est l'œuvre du sculpteur Derre (1907).

Si vous préférez accéder à la Butte par une ascension originale en funiculaire (en travaux actuellement), sachez que le tout nouveau modèle réalisé en 1992 est l’œuvre de l’auteur du TGV Atlantique !

 

Un peu d’histoire :


Il se situe au pied de la basilique du Sacré-Cœur, qui fut érigée après les combats de la Commune, à la suite d’un vœu national, et grâce à une souscription nationale, à laquelle participèrent 10 millions de fidèles ! De style romano-byzantin, elle est édifiée avec la pierre blanche que l’on trouvait au siècle dernier dans les carrières de Château-Landon. Cette pierre a la particularité de secréter une substance blanche sous l’effet de l’eau, le calcin, ce qui lui a permis de résister à la pollution. Elle est omniprésente sur toute la Butte Montmartre, et notamment dans le square Willette, dont les fontaines et les escaliers en sont les meilleurs exemples.

 

L’usage de cette pierre importée d’un autre quartier de la Capitale ne doit pas faire oublier que Montmartre était aussi réputée pour ses carrières de gypse. Exploitées deux siècles durant, elles donnèrent son nom à la place blanche qui recevait régulièrement les poussières de gypse au passage des véhicules en provenance de Montmartre.

 

Au tout début du 19e siècle, le zoologiste Georges Cuvier découvrit des fossiles de plus de 43 millions d’années incrustés dans des fragments de gypse. Cette découverte extraordinaire pour l’époque aboutit à la création de la paléontologie, en 1834. Ce sont ces mêmes carrières qui donnèrent à la butte sa physionomie si particulière. Les concepteurs furent obligés de respecter ses courbes fortement dénivelées, ce qui donna les fameux escaliers en pente raide empruntés par les plus téméraires...

 

Imaginé par l’ingénieur Alphand en 1880, une série de glissements de terrain dus à la présence des anciennes carrières de gypse retardèrent l’achèvement des travaux. Ils furent repris par l’architecte Jean-Camille Formigé, concepteur du jardin des serres d’Auteuil.

QUALIPARISLe label QualiPARIS, décerné par un organisme de certification indépendant, repose sur des engagements concrets et vérifiables en matière :
-          d’accueil
-          d’écoute
-          d’accès
-          d’information 
 
Découvrez les engagements qualité
 
Pour en savoir sur la démarche qualité de la Ville